[benoit@guedas.com:~]

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 10 octobre 2011

Problème de montage automatique sous Arch Linux

Après une nouvelle installation d'Arch Linux sur mon ordinateur, je constate que l'accès à ma clé USB, sous KDE, ne fonctionne pas. J'ai trouvé la solution sur les forum d'Arch Linux : il faut créer le fichier /etc/polkit-1/localauthority/50-local.d/mount.pkla contenant

[Mount system internal media for group storage]
Identity=unix-group:storage
Action=org.freedesktop.udisks.filesystem-*
ResultAny=yes
ResultInactive=yes
ResultActive=yes

vendredi 29 juillet 2011

Publication

Deux ans après la conférence MCDM 2009, le livre New State of MCDM in the 21st Century - composé d'une sélection d'articles de la conférence - est paru dans la collection Lecture Notes in Economics and Mathematical Systems.

Ce livre contient un de mes articles au chapitre 6, intitulé Compromise Based Evolutionary Multiobjective Optimization Algorithm for Multidisciplinary Optimization. Cet article présente brièvement l'algorithme EMO-MDO développé dans ma thèse. Du fait de la taille limitée de l'article, seulement deux des trois compromis y sont présentés (en plus du compromis classique). Je regrette également que l'algorithme ne soit pas plus détaillé, en particulier la façon de calculer les rangs.

mardi 17 mai 2011

Rangs et graduations

De quoi parle-t-on quand on parle du rang d'un élément d'un ensemble ? Voilà a priori une question de définition mathématique pour les personnes travaillant sur les ensembles ordonnés. Problème : j'ai trouvé deux définitions du rang d'un ensemble ordonné. Pis ! Ce terme est utilisé avec encore d'autres définitions quand on change de domaine, par exemple dans les algorithmes génétiques multiobjectifs.

Caspard, Leclerc et Monjardet [1] définissent le rang de la manière suivante : y est le successeur de x implique que rang(x) = rang(y) + 1. Dans [2], Schröder définit le rang récursivement en attribuant le rang 0 aux éléments minimaux, puis en attribuant un rang de n pour les éléments minimaux de l'ensemble privé des éléments de rang < n. Le rang de l'élément x est alors le cardinal de la chaîne maximale ayant x pour maximum. Cette définition du rang de x dans [2] correspond à la définition de la hauteur de x dans [1].

Goldberg, dans [3] suggère l'utilisation d'un rang pour comparer les individus d'un algorithme génétique. Ce rang est le même que celui défini dans [1] à ceci près qu'il commence à 1 et non à 0. Ce rang sera utilisé par Srinivas et Deb pour le fameux NSGA [4]. Précédemment, Fonseca et Fleming proposèrent un autre rang que celui de Goldberg pour l'algorithme MOGA [5]. Le rang de l'élément x de Fonseca et Fleming correspond en fait au cardinal de l'idéal de x (le nombre de minorants de x).

Faire commencer le rang à 1 ou a 0 n'a pas grande importance et est une affaire de convention.

La définition donnée par Caspard, Leclerc et Monjardet est plus communément appelée graduation en théorie des ordres, le terme de rang étant autrefois utilisé par la communauté francophone. La définition utilisée par Bernd S. W. Schröder est la plus communément admise et viendrait de la définition du rang dans un graphe orienté. En résumé la seconde définition est cohérente avec la théorie des graphes et plus largement répandue, tandis que la deuxième peut prêter à confusion. Pour cette dernière on lui préférera le terme de graduation qui n'est pas ambigu.

Références :

  • [1] Nathalie Caspard, Bruno Leclerc, and Bernard Monjardet. Ensembles ordonnés finis : concepts, résultats et usages, volume 60 of Mathématiques & Applications. Springer, 2007.
  • [2] Bernd S. W. Schröder. Ordered Sets : An introduction. Birkhäuser, December 2002.
  • [3] David E. Goldberg. Genetic Algorithms in Search, Optimization and Machine Learning. Addison-Wesley, Reading, Massachusetts, 1989.
  • [4] N. Srinivas and Kalyanmoy Deb. Multiobjective optimization using nondominated sorting in genetic algorithm. Evolutionary Computation, 2(3) :221– 248, 1994.
  • [5] Carlos M. Fonseca and Peter J. Fleming. Genetic algorithms for multiobjective optimization : Formulationdiscussion and generalization. In Proceedings of the 5th International Conference on Genetic Algorithms, pages 416–423, San Francisco, CA, USA, 1993. Morgan Kaufmann Publishers Inc.

mardi 15 février 2011

À propos du classement de Shanghaï

Jean-Charles Billaut, Denis Bouyssou et Philippe Vincke ont publié un article critique du « classement de Shanghaï », intitulé Faut-il croire le classement de Shangaï ? Comme le souligne le sous-titre de l'article, il s'agit d' « une approche fondée sur l’aide multicritère à la décision ». Les auteurs commencent tout d'abord par remettre en question la pertinence des critères utilisés, puis leur méthode d'agrégation. Cet article est l'occasion d'illustrer quelques règles de base de l'aide à la décision multicritère.

Une version en anglais est disponible sur HAL : Should you believe in the Shanghai ranking?.

Référence :

Jean-Charles Billaut, Denis Bouyssou et Philippe Vincke, « Faut-il croire le classement de Shangaï ? », Revue de la régulation [En ligne], n°8 | 2e semestre 2010, mis en ligne le 14 décembre 2010, Consulté le 15 février 2011. URL : http://regulation.revues.org/index9016.html

mercredi 9 février 2011

Thèse en ligne

Ma thèse est désormais disponible en ligne sur le serveur TEL à l'adresse suivante :

Titre : Proposition de compromis pour le calcul de solutions préférées à l'aide d'un algorithme évolutionnaire multiobjectif en optimisation multidisciplinaire

Résumé : L'optimisation multidisciplinaire fait référence à la conception et l'optimisation de problèmes d'ingénierie nécessitant l'intervention simultanée d'au moins deux disciplines, chacune pouvant avoir plus d'un objectif à optimiser. Les méthodes usuelles n'abordent pas le cas où chaque discipline a un problème d'optimisation multiobjectif à résoudre. Des méthodes ont été récemment proposées, transformant le problème d'optimisation multidisciplinaire en un problème d'optimisation multiobjectif. Ces méthodes reposent sur des algorithmes évolutionnaires multiobjectifs. Cependant, l'ensemble des solutions obtenues ne reflète pas les préférences disciplinaires : des solutions peuvent être globalement efficaces alors qu'elles sont localement dominées. En nous basant sur les propriétés des relations d'ordre, nous proposons quatre définitions de compromis qui tiennent compte du regroupement des objectifs en disciplines. Les propriétés théoriques de ces compromis sont étudiées, et notamment leur capacité à converger vers l'ensemble de solutions attendues, lorsqu'ils sont utilisés avec des algorithmes évolutionnaires. Ces compromis sont intégrés dans un algorithme évolutionnaire multiobjectif. Des analyses expérimentales de cet algorithme sur les quatre compromis proposés sont effectuées. Elles confirment les prédictions théoriques et montrent la pertinence des solutions obtenues.

mercredi 2 février 2011

Multi(-)objectif, multi(-)disciplinaire

On voit souvent écrit multi-objectif (avec un trait d'union), mais multidisciplinaire (avec un trait d'union). On peut d'ailleurs constater que le site Google Fight donne 130000 résultats pour multi-iobjectif contre seulement 4350 pour multiobjectif. Inversement, on obtient seulement 128000 résultats pour multi-disciplinaire contre 245000 résultats pour multidisciplinaire.

D'après l'Académie Française : Le préfixe multi- permet de former librement toutes sortes de néologismes. Conformément à l'usage et en accord avec les recommandations formulées en 1990 par le Conseil supérieur de la langue française, dont l'Académie a approuvé les principes, ces composés se traitent comme des mots ordinaires : bien que multi- signifie « plusieurs », la marque du pluriel est réservée au pluriel (un multimoteur ; une assurance multirisque, des assurances multirisques) ; le préfixe multi- se soude à l'élément qui suit, on n'emploierait le trait d'union que devant un i.

Il faut donc écrire multiobjectif et multidisciplinaire.

mardi 11 janvier 2011

Erreur Scilab

J'ai découvert un bug Scilab gênant qui m'a fait perdre beaucoup de temps : certaines expressions logiques sont mal évaluées. L'expression %F & ~%F | %T & ~%F est évaluée à faux, alors qu'elle est vraie. En revanche, en remplaçant le ~%F de gauche par %T, l'expression est correctement évaluée. En utilisant des parenthèses, l'expression est correctement évaluée.

Cette erreur a été produite avec la version 5.2.2 linux x64.

Le rapport d'erreur se trouve sur le bugzilla de Scilab

dimanche 5 décembre 2010

Numéro spécial de la revue Engineering Optimization

La revue Engineering Optimization prépare un numéro spécial sur les métaheuristiques multiobjectifs pour l'optimisation multidisciplinaire.
La date limite de soumission est fixée au 7 janvier 2011 pour une publication espérée fin 2011.

Mise à jour : la date limite de soumission à été repoussée au 28 janvier 2011.

samedi 16 octobre 2010

Le projet OMD2 change de site

Le projet OMD2, soutenu par l'ANR, change de site web. Temporairement hébergé sur Wikispace, il est maintenant hébergé sur le site de Scilab : http://omd2.scilab.org.

Le projet en profite pour changer de logo.

mardi 5 octobre 2010

IRILL - Initiative de Recherche et Innovation sur le Logiciel Libre

L'INRIA, l'Université Pierre et Marie Curie ainsi que l'Université Paris Diderot lancent un nouveau centre pour le développement et la promotion des logiciels libres dans la recherche : l'IRILL (Initiative de Recherche et Innovation sur le Logiciel Libre).

Les projets soutenus sont pour l'instant :

  • Mancoosi, dont le but est l'amélioration de la gestion de paquets logiciels dans les distributions Linux ;
  • Ocsigen, un serveur web et cadriciel 2.0 en Objective-Caml ;
  • Coccinelle, un programme de gestion de patchs sémantiques.

Lire l'article sur ITespresso au sujet de l'IRILL.